Qi signifie "énergie vitale". C'est un concept auquel les occidentaux sont peu familiers. Cette énergie vitale est universelle, acquise, cosmique et tellurique. Elle donne la vie à tous les éléments sur terre. Le Qi circule dans le corps humain via les méridiens, qui sont des canaux invisibles et ne correspondent ni à un organe ni à un élément physique, comme peuvent l’être le réseau sanguin ou les nerfs. Le Qi est à la fois, acquis à la naissance, apporté par les aliments et la respiration et capté par le corps via les chakras. Ils sont à la fois des capteurs, des interrupteurs, des fusibles et des dispatcheurs d'énergie.


Pour comprendre le Qi, le fonctionnement des chakras et des méridiens, nous allons les comparer à l’alimentation énergétique d’un mayen isolé.










Le soleil réchauffe les pièces mais peut être aussi transformé en électricité. L’eau du ruisseau est notre boisson mais produit aussi de l’énergie, mécanique ou électrique, en entraînant une roue et un alternateur. Le vent nous rafraîchit tout en entraînant l’éolienne qui produit aussi du courant. Soleil, eau et vent sont trois énergies universelles qui apportent des éléments fondamentaux à notre vie. Les chakras sont nos panneaux solaires et captent l’énergie vitale.

Nos aliments correspondent au vent ou à l'eau du ruisseau : si leur débit est faible, ou irrégulier, ou trop violent, ils ne fourniront pas une électricité stable au mayen. Des aliments trop riches ou pas assez complémentaires nous alimenteront avec une énergie de mauvaise qualité.

Les appareils qui ont transformé les éléments naturels en électricité utilisent des fils électriques pour amener leur énergie aux différentes parties du mayen qui en ont besoin : les méridiens conduisent l’énergie vitale dans notre corps et connectent entre eux nos organes, nos viscères et nos chakras. Ces derniers servent donc aussi à réguler notre énergie, en plus de la capter. Ce sont les disjoncteurs électriques du mayen, à la différence que s’ils sautent complètement, il y a arrêt de la vie.

Chakras et méridiens sont des concepts orientaux. Ils ne peuvent pas être "vus", tout comme les ondes radios, les sons, ou les ondes magnétiques ne sont pas visibles. Ne pas les voir ne signifie pas qu’ils n’existent pas. Ils sont les bases de la médecine orientale et de la circulation énergétique dans notre corps.

Si nous reconnaissons que certaines personnes sont sensibles et perturbées par les ondes, alors il nous faut reconnaître qu'une énergie vitale circule dans notre corps et que cette circulation est perturbée par ces mêmes ondes.

Si dans nos nerfs circule de l'électricité, des fluides dans nos vaisseaux sanguins et dans notre système lymphatique, par application des principes physiques élémentaires, ces différents flux engendrent des émissions d'ondes et d'énergies, composantes du Qi.


« Admettre son ignorance,

c’est montrer sa sagesse. »
Ashley Montagu, (1905 – 1999),
anthropologue et humaniste anglais.


« Il vaut mieux allumer une bougie,
que maudire l’obscurité »
 
Lao Tseu, sage chinois fondateur du taoïsme,
(mi V av. J.-C. – mi IV av. J.-C.).
 

Top