L’eau agirait comme un disque dur et un résonateur.

Elle pourrait intégrer et véhiculer une information énergétique, sous forme d’onde. Cette information serait transmissible à l’organisme par-delà la membrane cellulaire jusqu’à l’ADN.

Jacques BENVENISTE dans les années 80 a proposé et démontré le concept de mémoire de l’eau. Il fut vivement critiqué et attaqué à la fois sur ses compétences professionnels, ses valeurs morales, et sa vie privée. Il ne cessa jamais de se défendre et sa santé s'altéra. Après sa mort, ses travaux furent poursuivis et le concept prouvé par le professeur Luc Montagnier prix Nobel de médecine pour sa découverte en 1983 du VIH, le virus responsable du SIDA.

Un autre concept, proche de celui de mémoire de l’eau fut rendu visible par les travaux et les photos de Masaru EMOTO. Ce dernier pris des photos des cristaux d'eau issue d'origines diverses. Tous les cristaux issus d'eaux polluées avaient des structures anarchiques, partielles et incomplètes. À l’inverse ceux issus d’eau de source avaient des structures ordonnées, complètes et visuellement jolies. Des travaux complémentaires furent réalisés en laissant reposer des flacons d’eau sur des papiers où étaient inscrits des mots comme « Amour », « Compassion », « Haine » ou encore « Violence ». Les mêmes différences apparurent. La structure des cristaux d’eau exposée aux mots positifs étaient parfaites ce qui n'étaient pas du tout le cas pour les autres.

Cela montra que la structure de l’eau pouvait être influencée par les pensées, les intentions, la musique, les médicaments, les produits chimiques. De nombreuses critiques furent formulées car l'ensemble de ses expériences et démonstrations ne respectait pas les critères de la recherche scientifique. 

Au-delà de toute polémique, il est des faits scientifiques observés et inexpliqués qui trouveraient une explication dans le fait que l'eau disposerait d'une mémoire ou d'une information qui pourrait être modifiée par nos pensées, nos croyances, et des facteurs environnementaux. L’eau contenue dans les cellules d’un organe malade conserve l’information de cette maladie. Un médicament va changer la structure de l’eau pour un moment, mais après le traitement, l’eau retrouvera les caractéristiques de la maladie. Et c’est ce qui explique que pour la grande majorité des maladies chroniques, elles réapparaissent quelques semaines ou quelques mois après le traitement, quand aucune autre démarche n'est entreprise que la simple prise du médicament. 

Pour en savoir plus, et voir les photos de la structrure de l'eau en fonction de son origine, télécharger le livre gratuit de la fondation de Masaro EMOTO.
Top